• : Les tribulations d'un homme au service de sa Souveraine.
  • Mien et sa Maitresse

...Nos Articles...

...Objets du Culte...

  • Fouet.jpg

...Derniers Commentaires...

...Calendrier...

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Mercredi 21 janvier 3 21 /01 /Jan 15:18
- Par Mien
J'ai eu l'occasion de lire de nombreuses choses sur la condition d'esclave, sur la différence entre ce statut et celui de soumis, et le seul point commun entre tous ces textes est que je n'y ai pas trouvé ce que moi je ressens à ce sujet.
J'y vais donc de ma plume numérique, pour expliquer ce qui, dans ma perception, différencie le statut de soumis qui fut le mien, et celui d'esclave qui est aujourd'hui mon quotidien. La nuance finalement est très simple : être soumis, pour moi, est une façon de trouver le bonheur, procuré par ma Maîtresse, ce qui finalement la rend heureuse. Etre esclave, c'est au contraire faire en sorte de rendre heureuse ma Reine, ce qui en soi est source de mon propre bonheur. De fait, il ne me semble pas intelligent d'opposer le statut de soumis à celui d'esclave. Ce sont deux conceptions de la relation assez différentes, non pas forcément dans la pratique, mais dans la philosophie.
C'est d'ailleurs pour cela je crois que ma Reine m'a hier soir réprimandé (voir "Bougie... d'anniversaire") : dans la philosophie de notre relation, je m'étais écarté de la ligne directrice, à savoir privilégier le bien être de ma Reine sur le mien.
Certains argueront qu'être esclave c'est se sacrifier les yeux fermés pour son dominant. Je ne suis pas convaincu, notamment parce que je ne crois pas que ma Reine aimerait que je garde en permanence les yeux fermés (lire en eux le plaisir de voir son corps magnifié par une jolie lingerie participe à son bonheur entre autre ^^), mais surtout parce que la notion de sacrifice ou d'abnégation totale me semble être en inadéquation avec la finalité de mon esclavage, à savoir être heureux à travers le bonheur de ma Reine. En clair, si je me sacrifie, je m'oublie, je me mets de côté, or, nuance subtile, j'agis pour mon propre plaisir, qui transcende celui de ma Reine. Servir, protéger et satisfaire ne sont pas des sacrifices, ni une abnégation, mais une volonté, et comme je l'ai dit plus haut, le chemin vers le bonheur de ma Souveraine, et donc, le mien.
J'ajoute qu'il est des choses sur lesquelles ma Reine ne peut pas agir : c'est un état de fait que je lui appartiens corps et âme, ainsi que mes (maigres) ressources, et toutes mes possessions matérielles, cependant ma Maîtresse n'a aucun droit d'intervenir sur autrui : le fait qu'elle soit ma propriétaire ne lui donne aucun droit sur des tiers, que ce soit la famille ou les amis. A ce titre, il lui est donc impossible de m'empêcher de voir qui le souhaite. Subtile nuance là encore, ma Reine peut tout à fait m'interdire de voir untel à tel ou tel moment, elle ne pourra pas interdire à ce même untel de me voir s'il le souhaite. Car ce faisant elle interviendrait sur la vie de cette personne, et ça, de mon (notre) point de vue, c'est mal, et peut vite conduire à des dérives graves et dangereuses.
Dans un autre article, j'essaierai de détailler ce qu'est mon quotidien d'esclave actuellement, mais là, je vais surtout me dépêcher de préparer une surprise à ma Maîtresse pour son retour...
Publié dans : Mien - Communauté : L'art de s'offrir
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés